Nos observatoires

 

Gardons le contact

Oiseaux des jardins

Oiseaux des jardins est un observatoire co-fondé avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). Son objectif est d’apprendre à reconnaître les oiseaux et les compter dans la cour d’école, dans un parc public ou même sur son balcon ! Tout en prenant plaisir à observer la nature, les participants s’investiront dans un programme de recherche visant à étudier les effets du climat, de l’urbanisation et des pratiques agricoles sur la diversité des oiseaux communs. En participant, les observateurs aideront directement les scientifiques à comprendre quand et pourquoi les oiseaux visitent les jardins. Vous trouverez ici tous les éléments nécessaires à votre participation.

 

Le régime alimentaire

Les oiseaux des jardins se répartissent pour la plupart en deux catégories en fonction de leur régime alimentaire : les granivores et les insectivores.    

Les granivores

Les granivores ont un bec court et robuste, qui leur permet de décortiquer les graines.

La forme du bec peut nous informer sur les habitudes des oiseaux :

Moineau domestique

Fréderic Jiguet | Vigie-Nature

Avec un bec fort, des oiseaux sont capables de casser des graines très dures, les moineaux et les pinsons sont des représentants bien connus de cette catégorie.

Perruche à collier 

Fréderic Jiguet | Vigie-Nature

Avec un bec pointu et recourbé des oiseaux, comme la Perruche à collier, pourront ôter les écailles des bourgeons

Pic épeiche

Fréderic Jiguet | Vigie-Nature

Ceux qui creusent le bois ont un bec plus long, comme les Pics

Les granivores peuvent être nourris l’hiver grâce à des mangeoires placées par l’homme :

Les mangeoires « plateau » ou les graines directement sur le sol attireront plutôt l’Accenteur mouchet, les bruants, le Serin cini, les moineaux. Dans les mangeoires, les graines de tournesol sont appréciées de nombreuses espèces. Les pics, la Sittelle préférent les cacahuètes.

Quant aux mésanges, elles préfèrent les boules de graisse.

Le merle noir et les grives affectionnent les pommes laissées au sol.

La Perruche à collier est un oiseau qui se développe dans de nombreuses villes d’Europe...

La Perruche à collier, un oiseau exotique bien installé :

La Perruche à collier est un oiseau importé d’Afrique ou d’Asie qui se développe dans de nombreuses villes d’Europe suite à des échappées de volières. En 2013, on estime à environ 3000 individus la population dans la région Île de France (les premiers sont issus d’un container de l’aéroport d’Orly en 1974, puis d’un autre de Roissy en 1990).

Quelques liens pour vous aider à nourrir ces oiseaux...

Nourrir les oiseaux

Les insectivores

Hirondelle rustique

Fréderic Jiguet | Vigie-Nature

Les insectivores ont un bec pointu et parfois légèrement courbe. Ils se nourrissent d'insectes, de limaces, d'araignées. Le merle, l'étourneau sansonnet, le rouge-gorge, le troglodyte mignon et l'accenteur mouchet sont de ces mangeurs de nourriture molle. Hirondelles et martinets qui attrapent leur nourriture en vol ont un bec largement fendu.

Merle noir, femelle

Fréderic Jiguet | Vigie-Nature

Ceux qui se nourrissent au sol, un bec relativement robuste (merle, grives).

Mésange noire

Fréderic Jiguet | Vigie-Nature

Un certain nombre d'espèces d'oiseaux insectivores qui ne migrent pas l'hiver, mangent alors également des baies et de petites graines sèches car pendant cette période, les insectes se font très rares. Le choix des aliments dépend non seulement de la forme du bec, mais également des pattes et de l'aptitude à effectuer tel ou tel mouvement. Par exemple, le bec fin des mésanges, leur sert également, en hiver, à ouvrir les graines pour en consommer l’intérieur (elles coincent la graine sur une branche avec leurs doigts et l’ouvrent avec son bec).

 

 

Le régime alimentaire changeant des Rouge-gorges familiers et des Grives musiciennes

Mais que mangent-ils ?

© Muriel Janus | Vigie-Nature École

Le Martinet noir ne mange que des petits insectes volants...

Le Martinet noir un oiseau qui mange en volant !

Le Martinet noir ne mange que des petits insectes volants (mouches, moucherons, moustiques, abeilles et des coléoptères), jusqu’à 20 000 par jour ! Ils peuvent accumuler dans leur gorge de 300 à 1000 insectes, sous forme de boulette pour nourrir leurs petits en évitant de trop nombreux voyages.

D'autres régimes alimentaires

Les omnivores:

Choucas des tours

Fréderic Jiguet | Vigie-Nature

Les omnivores ont un bec droit et fort
 
Les carnivores:

Epervier d'Europe

Fréderic Jiguet | Vigie-Nature

Les rapaces, appelés aussi oiseaux de proies ont un bec crochu et acéré. il sert notamment à l’Epervier d’Europe pour plumer les oiseaux dont il se nourrit.

 

Les Provisions

Geai des chênes

© Fréderic Jiguet | Vigie-Nature

Quelques espèces font des provisions pour la mauvaise saison. Les mésanges noire et nonnette ainsi que la Sittelle ont l'habitude de cacher des provisions en coinçant des graines dans les crevasses des écorces. Les mésanges entassent également des insectes. Les corneilles et les pies enfouissent du pain, de la viande et divers déchets. Il semble que les oiseaux se souviennent de leur emplacement à l'aide de repères visuels. Le geai retrouve même des glands qu’il a caché, sous la neige, mais ses cachettes oubliées permettent de disséminer des graines et de faire pousser des chênes.

On observe depuis quelques années des évolutions dans le comportement et les habitudes alimentaires d'oiseaux. En voici quelques exemples...

Des changements de comportements

On observe depuis quelques années des évolutions dans le comportement et les habitudes alimentaires d'oiseaux.  En voici quelques exemples :

Des exemples de changement de comportement :

Depuis quelques années, on a pu constater quelquefois des changements importants de comportements et de régime alimentaire chez certains oiseaux, qui ont fait preuve d'étonnantes capacités d'adaptation.

Ainsi dans les années cinquante en Grande-Bretagne, les mésanges bleues ou les pies ont appris à se percher sur les bouteilles de lait déposées le matin devant les portes, puis à percer les capsules pour se nourrir de la crème surnageant dans la bouteille. On a même observé une corneille qui tentait de faire de même avec une boîte de lait en carton. Il semble que cette habitude soit apparue simultanément dans plusieurs régions, et elle se propagea rapidement. Les mésanges ouvrent les bouteilles comme elles percent des noix ou enlèvent de l'écorce pour prendre des insectes. Peut-être les premières à obtenir de la crème y sont-elles parvenues de façon accidentelle en cherchant des aliments naturels.

Des modifications de régime alimentaire :

Des oiseaux des forêts, absents des jardins auparavant, peuvent se retrouver aujourd'hui dans les jardins et même au cœur des parcs des villes. Il y a maintenant déjà longtemps que le rouge-gorge ou le merle ne sont plus strictement des oiseaux des bois. Plus récemment le Tarin des aulnes visite de plus en plus fréquemment les jardins. Ce changement de comportement est sans doute dû à la présence de distributeur de cacahuètes, peut-être parce que l'arachide ressemble à sa nourriture favorite, le cône d'aulne. Mais les tarins ont aussi été aidés par l'extension des plantations de conifères, endroits où ils nichent de préférence.

Ces changements de régime sont probablement dus à la diminution de la nourriture présente spontanément dans la nature et dont les oiseaux se nourrissent habituellement.

Page modèle: 

 Nous suivre sur facebook