Nos observatoires

 

Gardons le contact

Sauvages de ma rue

Vous pensiez être entourés de béton ou d’asphalte, mais un regard un peu plus attentif à vos pieds vous permet de découvrir qu’il existe une vraie flore à vos pieds ! Sauvages de ma rue est un observatoire de sciences participatives qui s’intéresse à la flore sauvage urbaine. Ce projet est porté par l’association Tela Botanica et par le Muséum national d’Histoire naturelle. Vos observations permettront aux chercheurs de compléter leurs connaissances sur la répartition des espèces en ville, l’influence des espaces verts (même minuscules tels que les pieds d’arbres) la qualité de la biodiversité. Les chercheurs ont besoin de vos données !

 

Peupler le milieu urbain

Peupler le milieu en dispersant des graines :

Fruit de datura stramoine

© Chantal NOIR

D’où viennent les graines ?

Les graines se forment dans le fruit, elles sont le résultat de la fécondation des cellules reproductrices femelles (ovules contenus dans l’ovaire) par les cellules reproductrices mâles (contenues dans les grains de pollen) qui se déroule dans la fleur.

Quelques sites web sur les fruits et les graines

Une sélection de liens

Germination d’une graine de luzerne

© Muriel JANUS | Vigie-Nature École

Comment une graine peut-elle donner une plante ?

La graine contient un embryon qui se développera en une nouvelle plante, lorsque les conditions lui seront favorables. Ce développement est appelé la germination.

Film sur la germination des graines de moutarde...

Une sélection de liens

Comment les graines sont-elles disséminées ?
 
Pour coloniser la ville, les graines produites par les plantes à fleurs vont être dispersées (elles-mêmes ou les fruits contenant les graines). Cette dispersion des graines libres ou des graines contenues dans un fruit est assurée de différentes façons.
Le vent, l’eau, les oiseaux, les insectes ou d’autres animaux peuvent transporter les graines (en les rejetant dans leurs excréments après avoir mangé les fruits ou bien parce qu’elles s’accrochent à leur corps), mais la ville est source de vecteurs très particuliers comme les semelles de chaussures, les pneus de voitures, ou encore le bas de vos pantalons!
Un jeu, un exercice et un document sur la dissémination des graines

La dissémination des graines

Un exercice sur la dissémination des graines :

 
Un jeu sur dissémination des graines de plantes sauvages en ville :
 
Document pour en savoir plus sur la dissémination des graines.
Pour disperser ses graines, un Réséda commun, Ochradenus baccatus, profiterait du goût prononcé de moutarde...

Le saviez-vous?

Pour disperser ses graines, un Réséda commun, Ochradenus baccatus, profiterait du goût prononcé de moutarde que libèrent ses fruits lorsqu'ils sont croqués par les animaux. En effet, des scientifiques israéliens ont observé un petit rongeur, Acomys cahirinus, crachant les graines de cette plante du désert du Neguev. Voir l'article.

Peupler le milieu en utilisant d’autres organes de dispersion :

Un exemple de tige souterraine : le Chiendent commun, Elytrigia repens

© Gérard Arnal

Certains végétaux peuvent peupler le milieu environnant de proche en proche grâce à des organes qui, en se séparant de la plante d’origine, leur permettent de former de nouveaux individus. Ce type de reproduction est appelé multiplication végétative (car il ne fait pas intervenir de cellules reproductrices).
Parmi les plantes sauvages urbaines, les organes de multiplication végétative le plus souvent retrouvés sont les suivants :
  • les tiges souterraines ou rhizomes,
  • les drageons,
  • les stolons.

L'Ailante est une plante qui se propage très vite par graines, par de nouvelles pousses (drageons) se formant à partir des racines, même après que l'arbre ait été coupé. Il supporte l'ozone, les fumées d'échappement, les poussières de ciment et autres pollutions humaines !!!

L'Ailante a été introduit de Chine en Europe par Chéron d'Incarville dans les années 1740 et aux États-Unis en 1784.

Le saviez-vous ?

L'Ailante a été introduit de Chine en Europe par Chéron d'Incarville dans les années 1740 et aux États-Unis en 1784. Il fut l'un des premiers arbres importés en Occident à une époque où les chinoiseries dominaient les arts européens et a d'abord été considéré comme un sujet magnifique pour les jardins. Toutefois, l'enthousiasme a vite diminué lorsque les jardiniers se sont familiarisés avec ses tendance à donner des drageons et son odeur nauséabonde. Malgré cela, il a été largement utilisé comme un arbre de rue pendant une bonne partie du XIXe siècle. En dehors de l'Europe et les États-Unis, l'espèce a été mise en place dans de nombreuses autres régions au-delà de son aire d'origine.

La dormance :

Les graines peuvent patienter des mois, des années, des siècles, et même exceptionnellement un millénaire ! Cachées dans les moindres recoins, elles attendent des conditions favorables à leur germination, ce qui leur évite de germer en plein milieu de l’hiver.

Article sur la dormance des graines

Une sélection de liens

Page modèle: 

 Nous suivre sur facebook