Nos observatoires

 

Gardons le contact

Placettes à vers de terre

Les vers de terre sont très important pour le bon fonctionnement des sols : ils favorisent la pénétration de l’eau grâce à leurs galeries, enrichissent le sol avec des fragments de végétaux morts et favorisent la végétation. Une baisse importante du nombre de vers a des conséquences très négatives sur les cultures de plantes ou sur la santé du sol en général : si le sol est fréquemment piétiné ou labouré leur nombre peut chuter de 50 à 80% ! Pour évaluer l’état de santé des populations de vers de terre en ville, des chercheurs de l'Observatoire Participatif des Vers de Terre (Université Rennes 1) ont besoin de votre aide : à vos pots de moutarde !

 

Cycle de vie des vers de terre

Accouplement de deux vers de terre. Un mucus collant et des soies spéciales maintiennent les faces ventrales serrées l’une contre l’autre durant l’échange de sperme.

© Jackhynes | Wikimedia Commons CC

Chaque vers possède des testicules et des ovaires, ils sont hermaphrodites. On peut reconnaître les vers de terre ayant atteint leur maturité sexuelle grâce à un épaississement après le premier tiers du corps du vers, c’est le clitellum.
La période de reproduction des vers de terre a principalement lieu au printemps et en automne, ils viennent s’accoupler en surface, par temps humide et souvent de nuit. Pour se reproduire, deux vers de terre commencent par se coller tête-bêche. Les deux vers s’échangent alors leur sperme.
Le sperme sort par une ouverture au niveau du 15ème anneau, il est ensuite transporté dans deux canaux jusqu’aux vésicules séminales (9e et 10e segments) de l’autre ver, où il est conservé.
Après cet échange, les deux vers se séparent.
Au niveau du clitellum, un cocon muqueux se forme. Ce cocon glisse progressivement vers la tête du ver. Lorsque le cocon passe sur le 14ème anneau, quelques œufs y sont déposés. Ces œufs sont ensuite fécondés au passage des 9ème et 10ème segments par le sperme de l’autre vers (qui était conservé dans les vésicules séminales).
Une fois détaché, le cocon se referme, il fera la taille d’une tête d’allumette. Il faut quelques semaines à plusieurs mois, selon l’espèce, pour que les jeunes vers de terre éclosent.
Le ver de terre Lumbricus terrestris (le fameux lombric commun) s’accouple une fois par année en formant 5 à 10 cocons contenant chacun 1 œuf. Ils peuvent vivre entre 4 et 8 ans !
Eisenia foetida s’accouple plus souvent et forme environ 140 cocons par année, chacun donnant naissance à plusieurs vers. Ils vivent moins longtemps (entre 1 et 2 ans).

Reproduction de deux Vers de terre

© Sébastien TURPIN | Vigie-Nature École

 Nous suivre sur facebook