Nos observatoires

 

Gardons le contact

Placettes à vers de terre

Les vers de terre sont très important pour le bon fonctionnement des sols : ils favorisent la pénétration de l’eau grâce à leurs galeries, enrichissent le sol avec des fragments de végétaux morts et favorisent la végétation. Une baisse importante du nombre de vers a des conséquences très négatives sur les cultures de plantes ou sur la santé du sol en général : si le sol est fréquemment piétiné ou labouré leur nombre peut chuter de 50 à 80% ! Pour évaluer l’état de santé des populations de vers de terre en ville, des chercheurs de l'Observatoire Participatif des Vers de Terre (Université Rennes 1) ont besoin de votre aide : à vos pots de moutarde !

 

Mode de vie des Vers de Terre

Le déplacement

Déplacement d’un vers de terre

© Aurélie GORECKI et Sébastien TURPIN | Vigie-Nature École

Le lombric possède des muscles circulaires et longitudinaux sous sa peau. S’il contracte les muscles circulaires de la partie avant de son corps, cette zone se rétrécit et s’allonge vers l’avant. Le vers ancre cette partie dans le sol avec ses soies. C’est en alternant l’allongement et le raccourcissement des parties de son corps que le ver de terre rampe vers l’avant.
Pour s’enfoncer dans le sol, il enfile sa «tête» fine dans une étroite fissure, puis il contracte ses muscles longitudinaux, l’avant de son corps s’épaissit et écarte la terre. Les vers de terre peuvent déplacer de cette manière jusqu’à 60 fois le poids de leur corps, ce qui les propulse – par rapport à leur poids – parmi les animaux les plus puissants du monde.

Dans un silence absolu, placer un ver de terre sur une feuille d’aluminium et écouter attentivement le ver qui se déplace...

Une expérience rigolote !

Dans un silence absolu, placer un ver de terre sur une feuille d’aluminium et écouter attentivement le ver qui se déplace. On entend un crissement comme si le papier était gratté par quelque chose de dur. En passant le doigt sur la face ventrale, de l’arrière vers l’avant, on sentira la présence de soies qui permettent au ver de s’accrocher pour avancer en rampant. En passant le doigt dans l’autre sens, on les sentira plus difficilement car elles sont inclinées vers l’arrière. Il est possible d’observer ces soies à la loupe.

Cette expérience permet de comprendre que le ver s’allonge vers l’avant à partir de la zone de soies ancrées au sol, puis qu’il contracte la partie avant ancrée à son tour pendant que la partie postérieure se détache.

La respiration

Les vers de terre n’ont pas de poumon, l’oxygène traverse leur peau très fine et perméable sous laquelle il y a des vaisseaux sanguins très fins qui vont capturer le dioxygène. Le lombricien (ou ver de terre) a une respiration cutanée.
L’humidité est indispensable à la respiration du ver de terre : sa peau ne sera perméable que si elle est humide. Quand le temps est sec, certains vers de terre creusent des galeries plus profondes pour rester humides. En été, quand on trouve des vers de terre desséchés sur le sol, c’est qu’ils sont morts asphyxiés.

Les sens

Sans oreille et sans nez, les vers de terre sont sourds et ne détectent pas les odeurs. Ils ne possèdent également pas de véritables yeux mais des cellules photosensibles placées à l’avant et à l’arrière de leur corps. Ces cellules photosensibles permettent de percevoir les variations de luminosité.
Les vers de terre ont aussi un sens du toucher et de la gravité qui les aide à s’orienter dans leur système de galeries. Enfin, un sens de la pression leur permet de ressentir les secousses et donc de s’enfuir à temps à l’approche d’un prédateur.

On imagine souvent que si on coupe un ver en deux les deux morceaux vont régénérer un nouveau ver. Et c’est faux !

Couper un vers de terre n’en donne pas deux !

On imagine souvent que si on coupe un ver en deux les deux morceaux vont régénérer un nouveau ver. Et c’est faux !

En fait, seule la partie avant renfermant les organes vitaux (« cerveau », estomac…) continue de vivre, à condition qu’il reste suffisamment d’anneaux derrière le clitellum pour que l’intestin fonctionne correctement. Il faut également que la plaie ne s’infecte pas.

 Nous suivre sur facebook