Newsletter n°31
BirdLab fait son grand retour!

Le froid s’intensifie, les feuilles tombent, l’hiver s’installe doucement : cela signifie une chose, le top départ de la cinquième saison de BirdLab est donné ! Cet hiver, amusez-vous à observer les oiseaux autour de chez vous grâce à une application simple, et aidez, du même coup, la recherche scientifique. Ça vous tente ? Alors à vos mangeoires…

5 min pour devenir un chercheur précieux

Tout commence avec l'application : il suffit de la télécharger (sur iOS ou sur Google Play) sur votre smartphone ou tablette. Pas de panique, vous n'avez pas besoin d'être un fin connaisseur des oiseaux ! Que vous habitiez en ville ou à la campagne, un petit quiz vous permet d'apprendre à reconnaître une vingtaine d'oiseaux communs.

En parallèle, installez durant l’hiver deux mangeoires identiques, accessibles de la même manière aux oiseaux (évitez par exemple qu'une seule des deux mangeoires soit à côté de branches). Si besoin, un tutoriel est disponible ici pour construire en deux coups de scie -ou presque !- les mangeoires idéales. Remplissez les ensuite en abondance et de la même manière. Vous devrez utilisez des graines de tournesol dont raffolent les oiseaux !

Pourquoi deux mangeoires identiques ?

Deux, pour étudier le comportement des oiseaux. Pour voir, par exemple, si la présence d’un individu sur la première va pousser un autre individu à se poser sur la seconde, s’il va le rejoindre ou carrément sauter son repas. Identiques, car en tant que bon chercheur, il faut produire des données standardisées pour que tout le monde soit dans les mêmes conditions. Les chercheurs de BirdLab pourront ainsi comparer les données et les analyser.

Tout est prêt pour l’observation ! Le but du jeu est de reproduire sur son écran, pendant 5 minutes montre en main, les allers-venues des oiseaux sur deux mangeoires identiques. Vous pourrez même suivre vos observations et les partagez avec d'autres observateurs de BirdLab !

4 ans après le lancement, c'est une participation incroyable qui fait avancer la recherche

Seulement 5 minutes comptent dans la recherche… Quelques chiffres le révèlent :

  • plus de 1000 participants différents jusqu'à présent
  • 27 000 parties, soit 2 250 heures d'observation cumulées (soit près de 100 jours d'observations en continue !)
  • et plus de 300 000 oiseaux enregistrés !

Bird Lab a le vent en poupe :

graphique des participations

 

Des observations distribuées sur tout le territoire :

carte

 

Ce que vos observations hivernales permettent de réaliser

photo

© Romain Lorrillière présente les résultats de BirdLab en octobre à la Société Française d'Ecologie et d'Evolution (SFE2)

 

Pendant que vos mangeoires reposaient dans le garage cet été, le post-doctorant Romain Lorrillière en a profité pour analyser vos observations et nous livre certaines tendances générales obtenues.

Il distingue les habitats forestiers, où vivent par exemple des mésanges ou des geais, les habitats agricoles, qui abritent des chardonnerets, des corneilles ou des pinsons et enfin les habitats urbains, où l’on peut observer des étourneaux ou bien des pigeons par exemple.

Cela lui permet de montrer que la diversité des espèces dépend des paysages alentours : la diversité des oiseaux diminue avec l’augmentation de la proportion de zone urbaine. Ce constat est d’autant plus alarmant que la tendance européenne et mondiale est à l’urbanisation des campagnes et l'étalement des villes.

Vos observations ont aussi permis de montrer que plus le milieu est diversifié, plus la diversité des oiseaux est importante. Par exemple les mangeoires bordées de champs ou de forêts accueillent des oiseaux communs tels que les rouges-gorges, merles, etc… mais tout en gardant leur spécificité ! Elles attirent aussi des espèces typiques des milieux forestiers, comme les Sittelles torchepot et agricoles comme le Verdier.

Dernier point concernant la diversité, et pas des moindres : dans les zones très urbaines, la moindre parcelle de nature augmente fortement la diversité des oiseaux observés !

Par ailleurs, dès la moitié de l’hiver, on observe une diminution du nombre d’oiseaux des milieux agricoles sur les mangeoires. Pourquoi ? L’hypothèse est que, au milieu de l'hiver, lorsqu'il n'y a plus de ressources dans les champs, car il n’y a plus de graines, les oiseaux agricoles quittent les régions dominées par les grandes cultures pour trouver des ressources dans des paysages plus diversifiés… et dans vos mangeoires !
A contrario les espèces "urbaines" ne changent pas d'habitat au cours de l'hiver. Leur abondance ne varie qu’avec le degré et le type d’urbanisation (ils seront plus abondants en zone résidentielle par exemple).

La quatrième saison fut donc une année productive, il est donc temps de réinstaller vos mangeoires pour remettre à ça pour ce cinquième hiver de BirdLab !